posts du 4 juillet, 2018


4 juillet 2018

     Penser que notre intentio lectoris du cosmos est invitée à coïncider avec son intentio auctoris-intentio operis, ce n’est pas adopter la croyance fondamentaliste selon laquelle la Bible ou le Coran renfermerait tout ce qu’on peut savoir du cosmos. Au contraire, cette attitude les disqualifie dans ce domaine, car leur théologie est celle d’un dieu tout-puissant omniscient agissant dans le cosmos par sa parole selon son bon plaisir de monarque absolu alors que le comportement du cosmos la ruine depuis quelques siècles.

     La bonne théologie est celle de l’Amour Être de l’être en toutes ses implications, en particulier celle de l’indétermination-liberté qui laisse le cosmos évoluer, en partie, selon des développements imprévisibles.

     La conviction d’un Laplace pour qui il suffirait de bien connaître le détail des lois de la nature pour prédire infailliblement son avenir est donc une illusion, une illusion de même nature que la croyance fondamentaliste en l’omniscience divine. (Cela n’enlève presque rien à l’étendue et à la pénétration de ses découvertes scientifiques).

 

     les hirondelles sur le fil

     un instant se reposent

     et puis de nouveau osent

     vivre leurs faims et leurs idylles

 

     elles connaissent l’équilibre

     de leurs petites pattes

     accrochées qui débattent

     de la beauté des ailes libres

 

     dans le même gazouillement

     sur le fil et en l’air

     elles disent leurs commentaires

     sur les alignements

     immobiles et sur le mobile

     dans les trois dimensions

     sans nulle prétention

     que d’utiles et d’inutiles

 

     le fruit de la nécessité

     de la faim des idylles

     est qu’à la fin jubilent

     les gazouillis des libertés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

laptitedevoreusedelivres |
Le point du jour n'aura pas... |
escapade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les lectures d'une maman ...
| Atelier Ecrire Ensemble c&#...
| Au fil des mots.