posts du 27 juillet, 2018


27 juillet 2018

     Quel profit pouvons-nous tirer de la prise en considération de l’impersonnalité de l’Amour éternel ? La conscience religieuse qui demeure en nous peut y répugner. La personnification des forces de la nature nous est en effet comme naturelle. On la trouve dans l’animisme religieux et dans l’animisme poétique, mais aussi, moins évidemment, dans les cultes que l’hindouisme rend à ses divinités, dans le bouddhisme avec ses prières aux bodhisattvas et sa vénération du Bouddha lui-même. On le trouve dans le christianisme avec le culte des saints, en particulier de la Vierge Marie et plus encore de Jésus, Christ, roi et Seigneur. Ces personnalisations jouent un rôle qu’on peut juger utile voire nécessaire sur le chemin du Royaume de l’Amour.

     Il n’est donc pas question de récuser la personnification de l’Amour, mais de réfléchir à ce que nous apporte son impersonnalité : une lumière profitable à notre vie spirituelle, et aussi, indirectement, à notre vie psychologique, sociale, philosophique, artistique, voire scientifique.

     Qu’apporte-t-elle au problème de la tentation, dont l’attribution au Père des cieux dans le Notre Père gêne de  plus en plus de consciences chrétiennes, au point que l’on a proposé une nouvelle traduction du « mê eisenégkês êmas eis peirasmas, ne nos inducas in tentationem, ne nous induis pas en tentation » (Matthieu 6, 13). On a cru pouvoir adoucir la formule en proposant « ne nous laisse pas entrer en tentation (ou « ne nous mets pas à l’épreuve »). On doit pouvoir rapprocher cette phrase de celle qui précède, « pardonnez-nous comme nous pardonnons », et y déceler ainsi une conception impersonnelle de l’action divine, en une sorte d’automaticité : pardonner c’est être pardonné, tout comme ne pas juger c’est n’être pas jugé (Matthieu 7, 1), « donnez et il vous sera donné », suivant immédiatement chez Luc « ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés, pardonnez et vous serez pardonnés » (Luc 7, 37s). Ces automaticités révèlent la tautologie de l’Amour éternel : Aimer c’est être Aimés en participant à l’Amour. Dès lors la tentation peut apparaître comme un mécanisme spirituel dont l’intuition évangélique perçoit la vérité : elle est incluse dans l’effort de résistance qui fait partie intégrante de l’effort pour entrer dans le Royaume.

     Vivre cette impersonnalité de l’Éternel Amour nous libère de l’image d’un dieu personnage tout-puissant agissant selon son bon plaisir par des décisions arbitraires comme le laisse entendre Paul avec son image du  potier façonnant à son gré des vases de colère et des vases de miséricorde (Romains 9, 21ss) et qui a fait trembler Pascal à l’idée de la justice « énorme » de Dieu.

     Vivre l’impersonnalité de l’Éternel Amour, loin de l’image d’un dieu personnage tout-puissant, c’est partager son anonymat, se « décréer » peut-être comme le demande Simone Weil. Yeshoua ne s’est-il pas présenté lui-même comme un simple « témoin » de la Vérité de l’Amour (Jean 18, 37). L’Amour vit du service des autres en se faisant oublier, « serviteur quelconque » dépersonnalisé, voilé, anonyme… (Luc 17, 10 cf. 12, 37, 22, 27) comme Yeshoua dépersonnalisé en fils d’homme a voulu l’être et comme il a souhaité à ses disciples de l’être.

 

     le sourire de l’ange

     apparaît dans la pierre

     et voile le mystère

     proposé en échanges

 

     car l’ange est sans visage

     et si on l’imagine

     jamais on ne devine

     le nom de son message

 

     pour croire à sa présence

     il faut croire aux hasards

     où se dessine l’art

     de ce qui ne prend sens

     que dans la circonstance

     de ce qui nous protège

     en déjouant les pièges

 

     aux gestes instinctifs    

     donnant la direction

     du chemin l’intention

     à l’esprit attentif

 

     alors la pierre appelle

     le sourire figé

     qui n’est jamais jaugé

     sur ses lèvres ses ailes

 

   

laptitedevoreusedelivres |
Le point du jour n'aura pas... |
escapade |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les lectures d'une maman ...
| Atelier Ecrire Ensemble c&#...
| Au fil des mots.